Menu

Logo du siteHome

Si vous avez des interrogations ou si vous souhaitez commander, merci de lire cette page.

Vous pouvez également télécharger le programme du Dougnac Art Fantastique et des Stages que je propose pour 2020

A propos de ma commande

  1. Comment passer la commande ?
    Vous pouvez passer la commande directement sur notre site. C'est très facile et rapide. Ajoutez l'article choisi au panier et suivez nos instructions.
    Si vous avez besoin d'informations supplémentaires sur les étapes du passage de la commande, contacter nous.
  2. Ma commande est endommagée. Que faire ?
    Nous nous rendons compte du fait que nos articles sont fragiles. C'est pour cela que nous maîtrisons au mieux l'emballage : il est conforme aux normes des compagnies de transport. Les dommages lors du transport sont très rares – mais si c'est le cas, veuillez contacter notre service client par mail : contact@christophedougnac.fr, on fera de notre mieux pour résoudre le problème le plus rapidement possible.

À propos des livres et des dédicaces

Les livres dédicacés ('personnalisés') ne peuvent faire l'objet d'un retour, et donc d'un remboursement.

  1. Puis-je avoir une dédicace dans mon livre ?
    Une dédicace est possible sur simple demande dans la zone prévue à cette effet dans la fiche produit.
  2. Est-il possible de proposer un projet de livre ?
    Je ne suis pas éditeur : ma boutique me sert à auto-publier des projets personnels, et je ne souhaite pas publier d'autres personnes.

A propos des œuvres

  1. Qu’est-ce qu’un tirage d'art ?
    L'artiste compose son illustration à l'aide de technique mixte, il imprime alors un tirage d'art unique pour valider ou modifier l'œuvre originale qu'il va peindre sur un support de son choix.
  2. Qu’est-ce qu’une digigraphie ?
    Comprenez une illustration en technique digital (ou art digital) réalisée à l'aide d'un ordinateur et d'une tablette graphique (photomontage et peinture numérique). Imprimées sur toiles.
  3. Qu’est-ce qu’une peinture traditionnelle ?
    Comprenez une peinture ou un dessin réalisée à la main sur bois, papier ou sur toile. Œuvre unique signée et encadrée par mes soins.
  4. Qu’est-ce qu’une peinture Tradi & Digit ?
    Illustration réalisée en combinant les techniques traditionnelles et numériques.
    Aussi, un dessin peut être scanné puis mis en couleur sur l'ordinateur. Alors qu’une peinture à l'huile peut servir de fond à un tableau qui sera achevé
    sur la tablette numérique.
  5. Les œuvres sont –elles encadrées ?
    La plupart des œuvres sont encadrées par mes soins et vendus avec sauf demande de votre part.

A propos des goodies ?

  1. Quels types de goodies puis-je achetés ?
    Sur mon site, vous pourrez acheter :
    1. des carnets à dessin numérotées en grande et petite taille
    2. des collections Voie Y âgE ou amusezun carnet de croquis de la genèse, collection Amusez
    3. des lots de cartes postales collection Voie Y âge, Amusez et autres collections en cours
    4. des tirés à parts numérotée et signé
    5. des posters A3+ de certaines œuvres
  2. Qu’est-ce qu’un tiré à part ?
    Le "tiré à part" est un exemplaire d’une page ou d’une illustration extraite d’un livre tiré de façon indépendante. Ils sont souvent numérotés et signés pour insister sur la rareté du produit.

Je suis un faiseur de livre


J’ai depuis 2013 édité 5 livres mondes et je viens de sortir mon premier roman de science ficition que j’ai écrit pendant le confinement (covid19).

Pour éditer un livre, vous faites quoi ?

Je cherche une idée originale, souvent par un jeu de mots (Voie y âgE, AmuseZ, Errac Dorn etc…) même si j’ai conscience que je prends un risque commercial car il est évident que ce n’est pas facile à placer. Mais comme depuis le début de cette aventure, je suis maître de TOUTES les décisions, en créant le livre de A à Z, je m’octroie cette liberté qui a déjà rencontré son public. Il est vrai que changer de technique, passer du dessin pur en noir et blanc, comme dans mon roman de SF Kalista Verne, à l’infographie (peinture numérique) ou bien encore à des aquarelles, peinture à l’huile, comme dans Songeurs de Monde (dernière parution co-écrit avec Ugo Bellagamba), certains sont étonnés voir déroutés. Il y a aussi le fait de passer de la Fantasy à la Science-Fiction par exemple qui peut perturber mais j’ai toujours aimé aller là où on ne m’attend pas. Pour moi, être artiste auteur, c’est aussi proposer des livres atypiques, fait main, qui viennent du cœur et qui défendent des idées, la liberté, le voyage, le rêve, l’humanité et sa place dans notre univers...
Donc, je me dois de trouver des pistes graphiques originales, même si comme je le dis, ces choix sont à l’opposé d’une ligne éditoriale ou une carrière de peintre qui travaille pour une galerie. J’ai très vite compris que je ne répondrais ni à l’un ni à l’autre. Je vends mes œuvres et mes livres soit dans les salons et festivals auxquels je participe depuis 2013, soit dans mon atelier d’art et sur ma boutique en ligne. www.christophedougnac.fr


Résumer du travail que je fais sur un livre par poste/métier :
C’est l’éternelle question qui revient souvent : combien de temps mettez-vous pour faire un dessin, un tableau ?
Pour faire court, 44 ans; Fréquence/horaires de travail : tout le temps, dès que ça vient en fait ! n'importe où et avec ce qui me tombe sous la main.


Pour développer un peu pour ceux que ça intéresse, voici comment je procède
Il n’y a pas d’ordre chronologique ni de recette de cuisine toute faite. Je passe d’une étape à l’autre, sans transition, et il y a toujours plusieurs pôles sur le feu comme ça je suis presque sûr de pouvoir manger un peu.

1 -PRE-PRODUCTION :
Inspiration :
Le monde qui m’entoure, la nature, les gens…
pendant/après un film, une série, une expo, en regardant d’autres livres, pendant des festivals, une discussion entre amis etc…)

Idée, concept :
Sous forme de croquis (dans mes carnets, dans des dossiers, à l’ordinateur, j’empile des idées, des concepts, des pistes graphiques qui me servent de déclencheurs.

Histoire : prise de note sur papier/ordi, les fiches de personnages (je viens du jeux de rôle, ça laisse des traces). Parfois je note juste des phrases en me disant que le personnage pourra dire ça. Je décris un lieu, ou me lance dans une intro un peu sous forme de légende… « Dans la verte vallée des ombres claires…. »
Il est souvent question de jouer avec la langue française qui pour moi est une mine d’or. Il y a toujours un mot à tiroir qui va ouvrir chez moi une piste de réflexion. (exemple : Les murmures, mur murés etc..)

ECRITURE :
j’écris autant à la main qu’à l’ordinateur mais même s'il faut saisir le texte, je préfère l’instantané du papier car je dessine en parallèle et ces deux formes d’expressions sont pour moi intimement liées.
Quand je passe en traitement de texte, j’associe ce travail à des recherches d’iconographies (mes photos prises lors de mes voyages, déplacements et qui souvent ont servi d’inspiration à mes histoires). Cette étape est un gigantesque organigramme que je n’épure que sur la fin de la création du livre. Il restera toujours des dossiers, des dessins, des textes, non exploités qui m’ont nourri pendant le processus de création et qui ne seront jamais vu par le public.

DESSINS / PEINTURE :
Je dessine (crayon, encre) mes personnages et mes décors séparément en vu de pouvoir les vendre car j’ai conscience avec l’expérience que ce n’est pas la même clientèle. Certains apprécie mon travail d’auteur, d’autres de peintre. Je trouve excisant de présenter mon livre entouré de ses originaux qui l’illustrent et c’est dans ce sens que je les conçois.
Grâce à l’outil informatique, il m’est possible à tout moment de supprimer ou ajouter un élément (ici le rocher au premier plan ou j'ai placé mon texte dans cette double page de mon livre monde Errac Dorn). je me sert aussi de mes outils numériques pour composer une nouvelle image en vue de refaire un dessin, plus grand ou avec différents éléments.

Je peins sur papier (aquarelle) ou sur toile/bois (acrylique, huile) des moyens et grands formats. Ce qui me prend parfois jusqu'à un mois pour un tableau. Là encore, la notion de temps est relative car si je devais additionner tous les éléments pour fixer un prix d’un tableau, voilà à quoi pourrait ressembler l’addition :
Temps de création :
idées, croquis dans les carnets, miniatures, recherches de documentations, de modèles, séance photos, choix de poses, montage, composition, mise à l’échelle du tableau, report du dessin au trait, recherche couleur, choix du format, du médium etc…
Sachant que parfois un simple croquis se retrouve à passer dans ces différentes étapes et d’autres resteront à jamais isolés dans des pages de carnets (plus de 50).
Temps d’exécution :
Il faut passer par toute ces étapes avant d’affronter la toile. Il m’arrive parfois de faire une prestation de live-painting (peinture en direct devant un public) pendant un salon ou un festival. Préparer sa palette de couleur, poser les différentes couches (attendre que ça sèche), revenir, reprendre, peaufiner, finir, vernir, encadrer.
Puis organiser mon exposition et le vernissage pour la sortie de mon nouveau livre-monde ou me joindre à un événement qui me permettra de vendre mes livres ou et mes toiles/dessins…

Sachant que mon tableau ou mon dessin va être numérisé (prise en photo), je pense en amont au format et cela influence parfois ma composition.

2 - PRODUCTION :
une fois que le concept du livre est défini, je passe à l’étape de recherche et développement du projet. Pour trouver le bon équilibre entre texte et image, cela peut prendre entre 1 et 2 ans. Entre temps, ma technique évolue et cela me permet d’envisager des rendus différents, une autre approche pour me renouveler sans cesse. Par exemple, pour le prochain livre de conte que mon ami Ugo Bellagamba a commencé à imaginer, il est prévu que je l’illustre en noir et blanc et donc je vais m’exercer à la plume et au lavis à l’encre de chine.

INFORGRAPHIE :
Même si je sais que je peux supprimer un rocher pour y placer du texte, ou ajouter un personnage dans un décor, je préfère penser mon image comme une œuvre indépendante qui aura sa propre force. Ce n’est qu’au moment de la mise en page du livre que je recadre mon œuvre. Dans le cas où je vends l’original, il m’arrive également de la recadrer si je décide d’en faire un poster, une carte ou un marque page.
Il y a toujours un travail à faire sur une image.
La prise de vue dans de bonnes conditions pour respecter les couleurs de l’œuvre originale est un poste à ne pas négliger. Parfois, on est ammener à passer une image en noir et blanc et il faut savoir choisir les bons paramêtres. C’est aussi une sorte de sauvegarde de l’œuvre. Mon expérience de 20 ans de graphiste me sert pour obtenir des fichiers hautes définitions directement exploitables par mon imprimeur. Il existe cependant un poste qui est en voit de disparition, c’est le photograveur. Lui seul pourra vous garantir la bonne chromie de vos images. Il m’est arrivé de venir le solliciter avec mes originaux pour vérifier à l’écran que des couleurs (métalliques par exemple) sortiront correctement à l’impression.

MISE en PAGE :
Cette étape clé dans la fabrication d’un livre demande beaucoup de concentration. Il faut choisir les typographies, la pagination, la place du texte en fonction du découpage de l’histoire. C’est là que mon travail en amont est primordial. Le chemin de fer bouge pendant la conception du livre mais il faut arriver à faire une maquette selon le nombre de cahier (8 ou 16 pages) que votre imprimeur vous aura devisé. Il y a là toute une réflexion sur le format, le nombre de pages, la couleur, le papier, la couverture de votre futur livre à prendre en compte. Tout ça bien sûr, va déterminer le coût de revient d’un livre. Personnellement, je n’imprime qu’entre 500 et 1000 exemplaires. Premièrement parce que j’ai fait des collections numérotés signées et dédicacées (comprendre un dessin original pour chaque lecteur comme pour mon premier livre-monde Voie Y âge ou pour les contributeurs de Songeurs de Monde ou j’ai fait environ 200 dessins originaux).
J’imprime en France et quasiment toujours avec l' Imprimerie Escourbiac (demander Olivier Gaudefroy) qui a reçu trois Cadra d’or (prix qui récompense la qualité d’impression) mais au-delà de la qualité qui est primordiale dans mon métier, c’est surtout les conseils et le suivi que je recherche.
Il faut être sûr de son livre fini car c’est le public qui achète mes livres et si la qualité n’est pas au rendez-vous, je mets tout mon travail en péril.

DIFFUSION :
Il est temps de faire vivre le livre qui est arrivé chez moi par transporteur et que j’ai entreposé dans mon stock. Oui, le livre doit trouver son public. Je mets à jour mon site web et mes réseaux sociaux et grâce à ma boutique en ligne, je peux vendre mes livres, mes posters, mes tableaux mais à moins de dépenser une somme indécente pour le référencement (et encore je demande à voir), il est vrai que mes livres se vendent bien mieux sur les salons et festivals (quand ils ne sont pas annulés ou hors de prix). Je ne vais pas me plaindre, depuis 2 ans maintenant, je suis parfois invité et tout pris en charge. Sinon, sachez qu’il faut se déplacer avec toute une cargaison de caisses (les livres, les tableaux, les présentoirs, les costumes (oui , j’aime me mettre dans la peau de mes personnages. Il faut trouver un hébergement le plus près possible de l’évènement, et prévoir de quoi manger car souvent c’est sur mon stand, pas question de prendre 2h pour aller au restaurant et laisser le stand vide ( le public n’attend pas ou peut se servir).
Enfin, il y a la promotion de tout ça. C'est-à-dire anticiper, organiser, planifier, publier des news, des dates, des infos, de la communication autour de chaque sortie du livre et après car comme tout le monde le sait, le marché est saturé et un auteur indépendant auto-édité n’a que très peu de visibilité sur le marché du livre. Je ne parle même pas des tentatives Amazone ou grandes surfaces (Leclerc, Cultura, Carrefour… ou les petites librairies) qui ne défendent pas votre livre car il n’est qu’un produit. Il est indispensable que je puisse rencontrer mes lecteurs comme un groupe de musique qui a besoin de se produire sur scène pendant un concert.

Vous l’aurez compris, Il y a un temps où je crée et un temps où j’attends mon public et entre temps la cale reste vide !

CONCLUSION
Je continuerai de vous raconter des histoires en images parce que je suis né pour ça mais n’oubliez pas, pour faire VIVRE UN ARTISTE, il faut soit ACHETER SON ART, soit PARLER DE LUI. Et les deux, c’est mieux !

Alors merci de partager cette page sans modération.

Artistiquement,
Christophe Dougnac

Soyez les premiers informés
de toutes les nouveautés